Accueil/La Couleur de l’aube

Le livre

La Couleur de l’aube

Au petit matin, Port-au-Prince résonne des affrontements de la nuit. La nuit où, dans une atmosphère lourde de révolte mêlée de banditisme, les visages se confondent, comme se confondent amis et ennemis. Angélique et Joyeuse attendent leur jeune frère Fignolé. Dans l’alternance de leur inquiétude et de leur voix, surgit un pays à la dérive, anéanti par les dictatures, la misère, le non-droit. Vivre est survivre. Il faut affronter le poids des traditions, les trahisons, la violence, l’injustice, la misère toujours. Une violence sourde gronde en permanence, celle de la liberté qui s’affiche, celle des renoncements, celle de l’espoir étouffé. Fignolé n’est pas rentré cette nuit.

Suite au tremblement de terre de Port au Prince, Yanick Lahens n’a pu se rendre au forum de Martigues, ni dans les lycées et CFA qui l’attendaient en février 2010. Elle leur a envoyé une lettre pour expliquer sa position et la situation en Haïti.

L'extrait

Je suis venue déclarer la disparition de mon frère Fignolé Hermantin, âgé de vingt et un ans.” Il m’a fait asseoir sans même lever les yeux. Et à la manière dont il m’a répondu “Attendez-moi”, je savais à l’avance que je perdrais la partie.

L’éditeur

Swediteur

5 rue Barbette - 75 003 Paris www.swediteur.com

L’auteure

Yanick Lahens

Née à Port-au-Prince en 1953, Yanick Lahens termine ses études à La Sorbonne à Paris avant de regagner Haïti. Elle y enseigne la littérature, collabore à de nombreuses revues, est un temps éditrice. En parallèle, elle œuvre à la création de l’association des écrivains haïtiens qui combat l’illettrisme en organisant des lectures et des rencontres dans les écoles du pays. Elle est auteur de nouvelles, de romans et de travaux critiques sur la littérature et la société haïtienne, et partage son temps entre l’écriture et les actions de terrain.

Catégorie Roman

Catégorie Bande dessinée