Accueil/Rue des Pâquerettes

Le livre

Rue des Pâquerettes

Mon père va la trouver, la pépite ! C’est bien pour cela qu’il s’époumone dans l’odeur âcre du goudron brûlant, qu’il s’esquinte à creuser au plus profond. Il ne le dit pas, surtout à ma mère qui serait capable de se moquer de lui. Mais il y croit dur comme fer quand il enfourche son Solex, son lourd bleu sur les épaules, avec ses bottes lacées, ses gants larges sur le guidon. On leur a dit, à lui et à d’autres chercheurs d’or venus aussi de pays lointains, que la sueur des hommes qui ont travaillé là s’était polie avec le temps pour devenir pépite. Un jour, mon père fracassera d’un coup de pioche la pierre qui l’abrite. La pépite rira aux éclats, scintillera, clignotera… Sans alerter ses collègues, il n’est pas fada mon père, il lâchera sa pioche, le souffle coupé, la main tremblante. Entre ses doigts aux ongles cassés, il la saisira, si fine, une goutte d’eau, la posera délicatement dans le creux calleux de sa paume.

L'extrait

Paris, la France, nous y sommes. Sans novembre au-dessus de nos yeux, la capitale aurait pu être belle. Les gens se dépêchent, les voitures klaxonnent, les cinémas laissent rêveur et il y a des Français partout, partout. Des femmes françaises, des hommes français. Pour moi qui en avais peur en Algérie, qui les craignais parce qu’ils en avaient fait leur pays… J’étais de ces enfants que leur présence écrasait, que leur emprise isolait ; colonisé, on naît indigène, va te soulager de cette putain de peau ! Et je resterai toujours l’indigène de quelqu’un, parce que toute sa vie, le colonisé garde le colon dans sa tête…”

Les dates de rencontres publiques

L’éditeur

Éditions Hors d’atteinte

19, rue du Musée - 13001 Marseille www.horsdatteinte.org

L’auteur

Mehdi Charef

Né en Algérie en 1952, romancier, scénariste et cinéaste, Mehdi Charef est arrivé en France en 1962. Il a connu les bidonvilles, les cités de transit et l’usine avant de publier quatre romans et de réaliser onze films, dont Le Thé au harem d’Archimède (1984) et Graziella (2005). Avec Rue des Pâquerettes (Hors d’atteinte, 2018) il retrouve l’écriture après treize ans d’interruption. Il y raconte l’absurdité de l’exil, la boue du bidonville et les silences rentrés ; mais aussi la soif de mots d’un enfant avide de raconter ce qu’il comprend du monde qui l’entoure.

Bibliographie

  • Rue des pâquerettes, Hors d’atteinte, 2018
  • À bras le cœur, Mercure de France, 2006
  • La Maison d'Alexina, Mercure de France, 1999
  • Le Harki de Mériem, Mercure de France, 1989 - réédition Agone, 2016
  • Le Thé au harem d'Archi Ahmed, Mercure de France, 1983

Catégorie Roman

Catégorie Bande dessinée