Texte écrit par Talima, jurée au lycée Val-de-Durance (Pertuis)

Qui est Lucie Quéméner ?

Lucie Quéméner est une autrice française de bande dessinée. Sa première bande dessinée Baume du tigre est publiée aux éditions Delcourt le 3 juin 2020, il s’agit « d’un album fort qui parle du ressenti des immigrés, ceux qui ont fui leur pays ». Son deuxième album dont elle nous a fait part se nomme Le Compagnon de route. Pour en savoir plus sur Lucie Quéméner, son parcours et Baume du tigre nous lui avons posé quelques questions dans le cadre du Prix littéraire.

Son parcours et expérience
Lucie Quéméner a progressivement commencé à partir de l’âge de 13-14 ans à se consacrer à la bande dessinée. Bien que cela lui semblait un peu confus et incertain d’en faire son métier. Elle a fait un Bac Général Littéraire pour finalement se pencher vers une formation de bande dessinée pendant 3 ans. Elle s’est rendue compte de la diversité des bandes dessinées et a pensé en faire « toute sa vie ».
Son style de dessin s’est développé par ses inspirations et par son travail. Elle se basait sur ses points forts et points faibles. Par exemple, elle n’était pas très forte en dessin académique alors elle a développé l’inverse. Elle a aussi réfléchi à ce qu’elle voulait mettre en valeur dans son travail. Selon elle, le style de dessin est « un peu comme le style vestimentaire ».
Concernant sa famille, elle nous révèle que sa mère l’a toujours encouragé à faire un métier par vocation. Sa mère l’incitait à faire le plus de choses possibles et l’encourageait à devenir une grande artiste. Elle nous explique qu’elle a eu « beaucoup de chance » ce qui lui a donné un sentiment de « truc à réparer ».

Baume du tigre - Résumé
Baume du tigre met en relation trois générations sous un même toit, sous l’autorité du grand-père d’origine chinoise. Lorsque sa petite-fille aînée, Edda, annonce qu’elle veut être médecin plutôt que de travailler dans le restaurant familial, sa colère prend des proportions terribles. Bien décidée à s’émanciper, Edda entraîne alors ses sœurs Wilma, Isa et Etta dans un périple loin de chez elles. La route vers l’indépendance se fera-t-elle au prix de leur héritage culturel ?
Les thèmes abordés sont l’émancipation féminine, les liens intergénérationnels au sein d’une famille étouffée et marquée par le passé de l’immigration.

Les origines et inspirations
Le travail sur cet album lui a pris 1 an et demi. Elle avait depuis longtemps une idée d’histoire mettant en relation des liens entre ancêtres et jeune génération, « sujet auquel j’ai pas mal réfléchi » (dixit l’autrice).
Elle s’est inspirée du livre Frances de Joana Hellgren, une autrice suédoise qui l’a marquée durant son enfance, et de romans chinois. Elle a également cité Lou une bande dessiné qui rejoint l’idée de découvrir le monde.

Méthodes et ressenti
Tout d’abord, lorsqu’elle travaille, elle fait un plan construit de ce qui lui semble nécessaire. Elle écrit complètement le scénario et fait ensuite les planches. Elle les classe par thématique, catégorie et découpe page par page. Elle y met des précisions pour être plus claire, par exemple pour une page elle peut dire qu’elle la veut plus courte ou au contraire, qu’elle veut qu’on prenne le temps.
Après un story-board au brouillon, elle entame les dessins. Pour elle, « la fin a du sens par rapport au début », c’est pourquoi elle a son début et sa fin dès le départ de l’histoire. Le trajet se fait après au fur et à mesure.
Ensuite, elle a choisi pour Baume du tigre le crayon gris car c’est une méthode qu’elle apprécie, qui est rapide et qui se situe dans sa zone de confort. Le noir et blanc lui évoquait de veilles photos de famille ce qui apportait une nuance. Il y avait aussi des raisons éditoriales car ajouter des couleurs est long et cher. Elle a également fait ce choix car Baume du tigre était son premier album alors elle ne voulait pas ajouter de choses compliquées. Bien qu’elle ait fait un essai de couleur, elle nous raconte que c’était « complètement raté ».
La question de ressemblance entre les personnages (notamment les personnages féminins) intriguait plus d’un. Elle nous explique que ce choix était volontaire. Elle a accentué leurs ressemblances entre les époques pour que la grand-mère, la mère et la fille se fassent écho. Le départ de chacune a aussi une symbolique car on y voit qu’elles sont influencées par les choix de leurs ancêtres sans vraiment le savoir.
Concernant le succès de son album elle nous dit qu’elle ne s’attendait pas à un tel succès. Elle découvrit une nouvelle facette du métier qui est la promotion.
Enfin, à notre grande surprise, Lucie Quéméner a été contacté par un réalisateur d’origine chinoise qui voudrait adapter son album en film.

Conseils
Voici le conseil de Lucie Quéméner pour nos futurs auteurs de BD : elle nous explique qu’au-delà de faire de bonnes planches, il faut se pencher sur ce que l’on a à raconter. Il est important de lire, d’explorer et de penser à ce qui pourrait nous démarquer de ce qui a déjà été fait. Il ne faut pas non plus oublier que les bandes dessinées ne fonctionnent pas seules et sont en lien avec les autres œuvres.

Mon avis
J’ai énormément apprécié cette rencontre. Lucie Quéméner est une autrice aimable et rayonnante. Elle est à l’écoute et a répondu à nos questions avec honnêteté. Elle nous a aussi montré certaines couvertures qu’elle avait réalisées pour Baume du tigre mais qui avait été refusées, ainsi que les premiers scénarios de Baume de tigre (avant la mise au propre). Cela nous permettait de voir un autre aspect des bandes dessinées.
Elle a également pris le temps à la fin de nous faire des dédicaces et des dessins.
Je la remercie pour cette magnifique rencontre et toutes ses dédicaces qui laissent de beaux souvenirs.”